• Charles Baudelaire : Les bijoux.

    La très chère était nue, et, connaissant mon cœur,

    Elle n'avait gardé que ses bijoux sonores,

    Dont le riche attirail lui donnait l'air vainqueur

    Qu'ont dans leurs jours heureux les esclaves des Mores.

     

    Quand il jette en dansant son bruit vif et moqueur,

    Ce monde rayonnant   de métal et de pierre

    Me ravit en extase, et j'aime à la fureur

    Les choses où le son se mêle à la lumière.

     

    Elle était donc couchée et se laissait aimer,

    Et du haut du divan elle souriait d'aise

    A mon amour profond et doux comme la mer,

    Qui vers elle montait  comme vers sa falaise.

     

    Les yeux fixés sur moi, comme un tigre dompté,

    D'un air vague et rêveur elle essayait des poses,

    Et la candeur unie à la lubricité

    Donnait un charme neuf à ses métamorphoses ;

     

    Et son bras et sa jambe, et  sa cuisse et ses reins,

    Polis comme   de l'huile, onduleux  comme un cygne,

    Passaient devant mes yeux  clairvoyants et serins ;

    Et son ventre et ses seins, ces grappes de ma vigne,

     

    S'avançaient, plus câlins que les Anges du mal,

    Pour troubler le repos où mon âme  était mise,

    Et pour la déranger du rocher de cristal

    Où, calme et solitaire, elle s'était assise. 

     

    Je croyais voir unis par un nouveau dessin

    Les hanches de l'Antiope* Au buste d'un imberbe,

    Tant sa taille faisait ressortir son bassin.

    Sur ce  teint fauve et brun, le fard était superbe !

     

    -  Et   la lampe s'étant résignée à mourir,

    Comme le foyer seul illuminait la chambre,

    Chaque fois qu'il poussait un flamboyant soupir,

    Il inondait de sang  cette peau couleur d'ambre !

     

     

    *Fille du roi de Thèbes séduite par Zeus

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 19 Décembre 2018 à 05:41

    je viens te souhaiter une agréable journée merci pour ce moment là 

    2
    Mercredi 19 Décembre 2018 à 05:55

    Très joliment dit !

    Copié/collé pour te souhaiter un bon mercredi,
    toujours gris et pluvieux.
    Avec des bisoux, mon tit MF chérie ♥

    3
    Mercredi 19 Décembre 2018 à 18:58

    Bonsoir Marie-France

    Je suis très heureux de te retrouver sur mon blog.

    Je vois que ce n'est pas la grande forme et que tu as toujours les cannes. J'ai l'impression que pour ce type d'opération ca dépend non seulement du lieu de l'opération mais aussi de la réaction de la personne. Mais ce n'est que mon avis.

    En tous les cas repose toi bien, j'espère que tu ne souffres pas de trop.

    Je te souhaite de tout coeur un bon rétablissement

    Gros bisous

    @l;ain

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :