• Arthur RIMBAUD : Le dormeur du val.

    Même si ce poème est tragique et représente toute l'horreur de la guerre, pour moi , c'est un des plus beaux poèmes de notre langue...

     

    C'est un trou de verdure où chante une rivière

    Accrochant follement aux herbes des haillons

    D'argent, où le soleil, de la montagne fière,

    Luit; C'est un petit val qui mousse de rayons.

     

    Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue

    Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,

    Dort: il est étendu dans l'herbe, sous la nue,

    Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

     

    Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme

    Sourirait un enfant malade. Il fait un somme.

    Nature, berce-le chaudement: il a froid !

     

    Les parfums ne font pas frissonner sa narine;

    Il dort dans le soleil, la main sur la poitrine,

    Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

     

     

    Arthur Rimbaud (1854-1891)


  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Novembre à 04:32

    Bonjour  Marie   France

    Entièrement d'accord

    un superbe poème de réalité.

    C'est toujours avec un grand plaisir

    Que je prends un instant

    Pour venir dans votre univers

    passer un petit moment de détente.

    Alors c'est très sincèrement

    Que je vous souhaite

    une excellente journée de jeudi

    Amitiés ~*&*~ Bisous

       56MELDIX77    

      Le Briard      Breton    

    Vacances – Musées – Zoos - Églises 

     

    http://aveclaphoto.eklablog.com/

    2
    Jeudi 9 Novembre à 07:35

    Ca me fait penser à la chanson "Le p'tit coqu'licot" de mouloudji ...

    Bon jeudi ...
    Bisoux, mon tit MF chérie

    3
    Jeudi 9 Novembre à 08:10

    Bonjour Marie-France

    Oui j'adore ce poème d'Arthur Rimbaud, à l'école primaire. Je l'ai toujours aimé car il est écrit avec finesse, la fin est une conclusion du résultat des conflits.

    Tu ne dors pas, tu as des problèmes, tu penses à ton opération de la hanche, ne t'en fais pas il y en a plein qui se font opérer et tout se passe bien.

    Tu as raison d'avoir du monde à la maison, vous allez pouvoir discuter ensemble et passer une journée

    Pour ma part je vais chez mon beau-frère toute la journée d'aujourd'hui

    Je te souhaite une douce journée

    Gros bisous

    @lain

    4
    Jeudi 9 Novembre à 14:22

    Bonjour Marie-France,

    C'est un des seuls poèmes de Rimbaud que j'aime vraiment beaucoup (le reste, je ne suis pas très fan, à part deux ou trois). Ce qui est étonnant, c'est de penser qu'il a écrit ce texte à l'âge de 16 ans. Il y a une maîtrise dans le style, dans l'utilisation des rejets et des contre-rejets notamment, qui est vraiment surprenante ; je le faisais souvent avec mes élèves (quand j'étais prof, dans une autre vie !). 

    J'ai regardé aussi votre précédent article... Ah, les mouettes, aucun respect ! yes  La photo est très amusante.

    Il y avait un peu de neige ce matin sur les sommets autour de la ville, ça ne donne vraiment pas envie de sortir. Ça tombe bien, on s'est débarrassés des courses hier, aujourd'hui, je peux bosser bien au chaud.

    Je vous souhaite une très bonne journée.

    Grosses bises. 

      • Jeudi 9 Novembre à 19:56

        Chère Erzsie,

        C'est un poème que j'aime pour sa construction, ses images, pour tout ce qu'il dégage, moi qui ne suis pas spécialiste, je me le récitais de temps en temps.

        J'aime la poésie en général, auteurs connus ou inconnus, ma préférence étant Baudelaire, mais pas tout chez lui non plus.

        Vous avez vu comme moi , l'irrespect de la mouette pour Lamartine !

        Ici, il va geler cette nuit, mais il est prévu 14° pour l'après-midi, l'hiver est là, en avance, il y a eu une petite ondée pendant que j'étais au club.

        Demain, je me mets en cuisine, j'ai des invités.

        Bon courage pour votre travail,

        Grosses bises,

        MF

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :